Ontario

L’Ontario est déjà la 9ème province du Canada que nous traversons. Deuxième plus grande province sur les 10 qui constituent le Canada avec pas moins de 2000km pour relier l’ouest à l’est de l’Ontario. Elle représente plus d’un tiers de la population du Canada dont 4 millions sur les seules villes de Toronto et la capitale Ottawa : deux villes majeures sur le Canada où nous ne mettrons même pas un pied…

Nous préférons de loin passer notre temps dans les grands espaces et pour ça, l’Ontario a tout ce qu’il faut avec notamment ses Grands Lacs. Ce qui pourrait ressembler à une mer intérieure est en fait un système connecté de cinq lacs à travers deux pays : lac Supérieur, lac Michigan, lac Huron, lac Erié et lac Ontario. Géologiquement, ils sont le résultat de fontes glaciaires, hygiéniquement, ils sont pour nous une baignoire formidable sur notre trip !

Comme partout ailleurs dans le pays, le français est largement représenté, surtout à l’écrit. Français et anglais étant les deux langues nationales : tout est traduit, plus aucun effort de traduction n’est nécessaire. Il faudra néanmoins attendre le retour au Québec pour parler à nouveau français. Cette deuxième langue nationale fait des français, des visiteurs particulièrement appréciés surtout quand ces derniers disposent d’un van “soooooooooo cute” venu droit de la France. L’accueil des canadiens est hyper chaleureux. Passé l’hiver rigoureux, ils vivent tous à fond l’été, définitivement, nous avons le sentiment d’être en vacances plus qu’en voyage au long cours !

Entre plages et randonnées, le rythme est loin d’être violent… retour en images sur ces horizons qui transportent vers l’océan au coeur de la forêt :

Lac Supérieur : 82 103 km²

  • Terrace Bay : 1ère confusion avec l’océan et surtout 1er break après la traversée du pays
  • Pukaskwa National park

Situé entre Thunder Bay et Wawa, ce parc national surprend dès les 1ers pas. Les sentiers de randonnées longent la côte pour mener sur des plages désertes. C’est à être surpris de se baigner dans une eau douce tellement tout porte à croire le contraire.

Les vagues déferlent sur les rives reculées de cet immense lac pour se briser contre le granit. Des forêts de pins et d’épinettes balayées par les vents s’étendent à perte de vue au sommet d’imposantes falaises et le long des plages de sable. Ours et orignaux peuplent ce territoire au caractère sauvage. Pukaskwa est une bien belle découverte !

  • Wawa Sandy beach

Longue plage de sable fin où nous passerons la soirée avec une famille sur le début du voyage : une année sans comté ! Les Raclette rencontrant les Comté, les français sont vraiment accro au fromage !! Avec leur deux filles, ils font la même boucle que nous alors forcément tout le monde à plaisir à partager son expérience et le lendemain, personne ne veut lever le camp pour prolonger la rencontre…

  • Rive Est du lac Supérieur 

Longer la rive nord du lac Supérieur s’avère finalement bien plus long qu’imaginé. La plage de Katherine Cove propose une belle halte en route avant de se poser sur une splendide crique isolée peu avant Sault Sainte Marie, ville frontière avec le Michigan aux Etats-Unis. Couleurs infinies, calme plat, aucune onde à la surface de l’eau, juste un miroir qui renvoie les dernières lueurs du jour. Le ciel et le lac se confondent rendant l’horizon encore plus profond. Jamais un lac ne nous a donné une telle impression… un spot juste parfait !

 

Lac Huron : 59 600 km²

Coté USA dans le Michigan

Robert et Andréa, chez qui nous avions logé au Texas, sont en vacances dans leur “cabin” familiale à Glennie dans le Michigan. Ils sont bien trop près de nous pour que l’on rate l’occasion de les retrouver à nouveau et l’invitation était si amicale que nous ne pouvions la refuser. Ça ne sera que notre 3ème entrée sur le sol américain en 10 mois.

Tout deux sont pleins d’attentions mais aussi de questions et de curiosités sur le Mexique et l’Amérique centrale. Pour rappel, ils étaient loin d’être convaincus des conditions de voyage en sécurité sur ces destinations… Pendant ces 4 jours, nous sommes accueillis comme les enfants de la famille, les filles retrouvent des lits séparés, que des grasses matinées pour nous 4, des repas gourmands et copieux, tout pour récupérer du décalage horaire et de la route qui en fin de compte semblaient nous avoir fatigués.

L’échange de culture passe à travers la cuisine et toutes les bouteilles de vins dégustées délayent notre anglais ultra-fluent ! Entre la fondue savoyarde et les breakfasts à l’Américaine, c’est finalement sur un “battle” de pains perdus que nous trouverons un point commun dans notre cuisine à quelques variantes près ! Pour l’histoire, le pain perdu existe sous le nom de “french toast” aux US. Trop heureuses de retrouver un four, les filles iront leur cuisiner par deux fois des cookies à la “Mariette” (gros succès Eline !).

Pour digérer de tous ces repas, Robert jouera les guides touristiques sur la région à bord de sa Jeep et les vélos de la famille feront la joie des filles. Depuis le temps qu’elles rêvaient de juste refaire du vélo.

La fin des vacances arrive pour le couple qui s’apprête à rentrer au Texas, 8 jours de route sans chômer… On les quittera la veille pour rejoindre la Bruce Peninsule au Canada, par Sarnia. Cette ambiance cocoonig dans les bois du Michigan fût un vrai moment de bonheur pour tous. Des séparations difficiles mais une promesse de se retrouver ici ou ailleurs. Nous savons déjà où envoyer les filles pour parfaire leur anglais dans quelques étés ! A l’inverse, ils rêvent de venir en France visiter la Normandie. Le père a débarqué là bas un printemps de 1944…

Georgian Bay sur la Péninsule de Bruce

Remis de la fatigue de la route et du décalage horaire, nous retrouvons un rythme décent pour savourer la Bruce Peninsula, large bande de terre dans le lac Huron le long de la baie Géorgienne. Avec ses eaux bleues translucides et turquoises, la péninsule est un paradis de la baignade !

  • Baie Dunks à Tobermory

Plus qu’un bain de soleil, c’était surtout un bain de foule ! Nous y étions en plein weekend estival de 3 jours. Tout l’Ontario est sur les plages et le parc national est juste bondé ! Il est même impossible de trouver à se garer sur les départs de sentiers. Un agent du parc nous indiquera un petit coin tranquille où trouver refuge.

  • Halfway Log Dump et Cave Point

Retenant la leçon de la veille sur la baie Dunks, nous mettons le réveil pour se garantir un stationnement dès 7h du matin. La rando sur Cave Point était un immanquable pour nous. Pour le coup, la météo n’était pas au rendez-vous, rendant le bleu moins couleur Caraïbes mais au moins nous étions tranquille pour marcher et plonger dans cette baie incroyable ! Quand l’eau est douce, c’est encore meilleur…

  • Lion’s Head

A l’écart du parc national, la petite ville de Lion’s Head permet d’apprécier la baie Géorgienne du haut de ses falaises blanches et de sa plage.

  • Sauble Beach

Toujours sur l’escarpement du Niagara, après une nuit à Wiarton face à petit baie calme et isolée, nous quittons la Péninsule après un saut sur Sauble Beach. Plage réputée pour être l’une des plus belles de l’Ontario… Honnêtement, à voir tous les pick-up stationnés “le cul” face à la plage, le plaisir en prend un coup. Le splash-pad de Glush aura plus de succès sur la route des Niagara Falls !!

 

Lac Ontario : 18 960 km²

Niagara Falls

Retour à la civilisation !! Après des semaines entre montagnes, campagnes ou forêts, la propulsion immédiate dans les embouteillages de Toronto donne un virage dans le voyage. La fin de quelque chose et le retour à la réalité de façon moins tendre. Et là, je ne parle pas encore de l’arrivée aux chutes proprement dites !

Valentine tenait à voir de ses yeux ce spectacle de la nature, un peu plus conscients de l’environnement et donc plus réticents, nous avons fini par céder en étant si prêt des mythiques chutes. Alors oui, elles sont grandioses, puissantes et bien bleues, mais alors quelle folie tout autour ! Parcs d’attractions, activités touristiques, casinos, complexes hôteliers toujours plus haut : un mini Las Vegas pour la famille. La palme revient au Canada ! Côté USA, le site est intégré dans un State Park et l’aménagement invite à la promenade.

  • Côté Canada : le monde entier réunis à une même place
  • Niagara by night : oh my god !!
  • Côté USA : We singing in the rain

Notre virée dans le Michigan, nous a accordé 3 mois supplémentaires d’autorisation de séjour. Soit un cumul de 9 mois au total !!  mieux qu’un VISA à 500€ !! Nous profitons de ce laissé-passé pour faire un tour de l’autre côté du Niagara sous la pluie et se permettre la comparaison. Côté Canada, sur-exploitation du site, de jour comme de nuit ! Et à contrario aux USA, nous sommes surpris d’évoluer dans des espaces verts aménagé le long des deux chutes. Bien plus calme et agréable, la visite nous plait davantage sur la rive sud ! La vue reste quand même plus belle côté Canada.

Au départ des Niagara Falls, nous longerons le lac Ontario sur 3 jours pour apprécier de nouveaux horizons avec entre autres, le parc provincial de Sand dunes sur le comté de Prince Edouard. Baignades et siestes pour atteindre Montréal, le temps d’apprécier une dernière fois les grands espaces avant de retrouver une ambiance urbaine. L’arrivée à Montréal est toutefois pleine d’excitation avec déjà un planning d’apéros bien chargé.

Written by Rodolphe