Utah

Bienvenue dans l’Utah, un monde géologique incroyable!

Décrire tout notre séjour en un article contribue à s’imaginer l’intensité et la richesse qui se trouve concentré sur un seul état. Il existe ici une telle diversité géologique que c’est à en perdre son latin, des déserts à perte de vue, des montagnes enneigées, un fleuve puissant, des rivières tumultueuses, et la plus grosse concentration de mormons du pays, 1ers pionniers à avoir investi cet état il y a seulement 170 ans. 88% de la population habite la zone urbaine de Salt Lake City, c’est dire comme l’Utah dispose de vaste territoire désertique !

Nous commencerons notre périple par Zion National Park, petit crochet en Arizona avant de retrouver le Bryce Canyon National Park puis Escalante pour jouer dans les slots canyons de Peekaboo et Spooky, un nouveau National Park à Capitol Reef, puis ceux d’Arches, Canyonlands avant de remonter au nord vers Salt Lake City. Un véritable enchainement d’une des institutions phares aux Etats-Unis. Les Nationals Parks font la fierté des Américains et sont un véritable canal touristique qui draine des millions de visiteurs par an. Plus que jamais, nous nous sentons ici touriste plus que voyageur.

Zion National Park : un oasis au fond du canyon

Venant de l’ouest après Las Vegas, les falaises rouges de Zion apparaissent comme un mirage. Sans s’y attendre, le paysage change radicalement et le vert se jette sur des parois jaunes, orangées et rouges saillants. Nous sommes saisis à peine arrivés. La difficulté par contre, c’est de trouver le bon coin où dormir afin d’explorer le parc. Comme dans tous les Nationals Parks, les campings sont complets des mois à l’avance, ici les visiteurs se comptent par millions et même les places de stationnement sont complètes après 9h du matin ! Nous optons pour un BLM à la sortie est du parc et traversons la panoramique route 9 qui serpente dans le parc pour mieux revenir le lendemain à la fraîche.

Finalement, nous resterons 2 jours à ne rien faire depuis notre spot à la sortie du parc, Las Vegas semble avoir épuisé nos batteries et quelques jours off font le plus grand bien à tous. Popotte, jeux, école, lecture, dans ces cas là, personne ne s’ennuie !

Pour sillonner l’intérieur du canyon en cette saison, les véhicules sont interdits. Une ligne de shuttle assure des transports toutes les 3 minutes !! A chaque coup le bus est plein ! Au départ de notre 1ère journée de randonnée, nous avons dû faire 30 minutes de queue à 8h du matin pour monter dans le bus… Compte tenu de la foule, autant bien choisir ses randonnées ou marcher vite pour tenir une distance !

  • Overlook Canyon : une excellente mise en bouche

Plus qu’une randonnée, le sentier d’Overlook propose en à peine une heure de marche sur un magnifique sentier, une vue plongeante sur Zion. De quoi prendre la mesure du canyon verdoyant et de saisir quelques clichés des nombreux chipmunks du site.

  • Emerald Pools : à la quête du graal

En s’embarquant sur le chemin des Emerald pools, nous avions en tête de magnifiques réservoirs d’eau de pluie aux couleurs lumineuses. Une fois passées les cascades rafraichissantes, on enfile les lower, middle et upper pools dans l’espoir que la suivante va répondre à nos attentes. Mais rien. Si, quelques flaques d’eau… Heureusement, le paysage offert sur le retour via Kayenta trail est très agréable. Déçus par ce sentier fait au pas de course, nous partons dans la foulée sur Hidden Creek Canyon en arrivant à son point de départ.

  • Hidden Creek Canyon : magnifique et rapide avec un minimum d’effort

Nous avions envie d’une randonnée un peu gazeuse pour percevoir la profondeur du canyon de Zion. Pour ça rien ne vaut Angel’s Landing. Le souci c’est que tout le monde y afflue et c’est une véritable cohue sur le sentier jusqu’à faire se croiser deux files indiennes de non initiés sur un filet vertigineux à 400m du vide de chaque côté. Les morts se comptent sur ce sentier. Plutôt que de se frayer un chemin dans la foule et ne pas apprécier la marche, nous lui préférons Hidden Creek Canyon, juste en face, de belles traces vertigineuses à flanc de falaise, personne et un long canyon suspendu à la clef avant de redescendre dans la vallée et se payer une bonne baignade de la Virgin River.

Après 4 jours dans le parc, Zion a été une vraie pause fraicheur et ressourçante. Une nature et une faune abondante, un choix de randonnées (aux bonnes heures) pour finalement trouver calme et superbe immersion dans le canyon. Et en prime, la Virgin River pour se rafraichir après des heures de marche au soleil !

Bryce Canyon National Park : les Hoodoos en tête d’affiche

De retour dans l’Utah après une virée en Arizona, nous atteignons notre 5ème National Park : Bryce Canyon. Très attendu et prisé de tous les roadtripers, Bryce semble être assez fou !

Nous y retrouvons un couple de jeune rencontrés au Nicaragua, les Dogntravel. Céline et Aurélien voyagent avec leur chien depuis l’Amérique du Sud et, comme nous, remontent sur le Canada. Les soirées se passent au coin du feu d’une parfaite forêt nationale pile poil à l’entrée du parc. Les températures nocturnes avoisinent les 0°C alors que nous sommes au printemps. Nous avons tendance à oublier l’altitude avec le soleil de la journée, le relief varie ici entre 2100 et 2800m…

Ce qui fait toute l’originalité de Bryce, c’est son armée de Hoodoos plantées au fond d’un amphithéâtre, datant de plusieurs dizaines de millions d’années. Plusieurs points de vue permettent de se saisir de ces pics jaunes orangés mais le mieux reste d’y descendre au petit matin par le sentier de Queen’s Mary et Peekaboo trail. A 7h du matin, la lumière est parfaite, nous sommes seuls sur le sentier orangé qui descend au coeur des Hoodoos. A peine 600m+ de dénivelé sur 4h, et changement de décor assuré !

C’est sur Bryce que nous aurons aussi attrapé notre seconde souris dans le moteur… ! Il doit vraiment faire bon à l’intérieur d’un van California T6.

Peekaboo et Spooky Canyon : deux superbes slot Canyon en plein BLM

Au départ de Bryce, nous empruntons la route 12 pour rejoindre Capitol Reef et faisons un détour par la piste de Hole in the rock qui mène droit sur Glen Canyon. C’est au milieu de cette piste que se trouve deux slots canyons qui ont tout pour plaire : gratuit, splendide et libre d’accès ! Ça nous suffit à endurer les 42km de tôle ondulée ! Cela sous entend 1h de patience à entendre l’intérieur trembler sans pouvoir prononcer un mot au risque de s’hurler dessus. Clairement, le jour de la revente du van, l’on s’épargnera bien de dire par quoi il est passé 😉

Peekaboo et Spooky Canyon viennent compenser Antilop Canyon situé à Kanab, en territoire Navajo. L’entrée de ce mythique canyon est trop couteuse pour notre bourse et sa rigueur quant à la visite vient à l’encontre de nos attentes. Alors que là, depuis cet immense plateau perché à 1700m, nous pouvons dormir tranquillement en attendant la meilleure heure du lendemain pour passer 3h à escalader librement deux failles complètement invisibles vu d’en haut.

A entrer par Peekaboo et sortir par Spooky, on entre dans un véritable sillon terrestre à peine plus large que notre taille. Par moment, la brèche tombe nous demandant de se frayer un passage improbable ou encore d’avancer à l’aveugle sans savoir si une sortie est possible. Nous croisons un couple à l’intérieur du boyau qui a commencé par le mauvais bout, ils sont contraints de faire demi-tour. Certains passages sont difficiles à descendre mais impossible à monter !

Les filles se régalent et en redemandent. Elles ne redoutent que le retour en van sur la piste !

Capitol Reef : le plus paisible…

Une fois quitté la piste de Hole on the Rock, la route 12 continue de monter en altitude, nous sommes à 2900m, la neige s’invite à nouveau sur notre route. Avec 4°C à l’extérieur, nous ne sommes pas suffisamment en manque de fraicheur pour pique-niquer dehors. Le col qui suit sur la 24 entre Bryce et Capitol Reef nous accueille lui sous la grêle. A être en mouvement, nous avons le sentiment de vivre des saisons éclairs ou bien à l’envers !
Au loin, en contre-bas, les falaises rouges de Capitol Reef dessinent l’horizon. Elles marquent notre prochaine étape, notre 6ème parc ! Nous y rencontrons un couple de retraités fanatique des parcs de l’ouest américains, c’est leur 9ème voyage en Utah, à coup de 3 à 5 semaines tous les 2 ans. On est pas tombé amoureux des parcs à ce stade là !

Isolé et délaissé des foules, Capitol Reef vient pourtant comme un cadeau dans ce désert. Surtout son oasis de verdure à La Fruta. Tout est si calme, les biches viendraient taper dans notre salade si nous ne les chassions pas. Les randonnées ne sont pas transcendantes mais la halte y est vraiment agréable.

Deux époques distinctes ressortent de ces lieux : une communauté indienne du VIIème siècle, quelques pétroglyphes témoignent de leur présence et l’arrivée des mormons courant 19ème siècle, plantant quantité d’arbres fruitiers grâce à la rivière Fremont. Les pionniers ont marqué leur passage sur “le pioneer register” sur la paroi de Capitol Gorge, la plus ancienne date de 1870…

Les copains de la Baja California ne sont pas loin d’ici, à Arches. C’est l’occasion de se retrouver avant qu’ils ne filent plus à l’est. Nous avions prévu de descendre vers Monument Valley, Valley of the God, Valley des Gobelins et The Needles, avant de rejoindre le National Park de Arches. Mais finalement l’idée de soirées arrosées avec Mathieu, Séverine, Louis et Paul, nous fait facilement renoncer à nos plans !! Nous abandonnons le Sud de l’Utah pour filer droit sur Moab.

Arches et Canyonlands : deux parcs en un depuis Moab

Les retrouvailles avec les copains rendent la découverte de ce nouveau parc national beaucoup plus sympa. Entre nos bivouacs et nos randonnées tous ensemble, cet énième parc de pierres rouges nous parait encore différent. Tout compte fait, les parcs de l’Utah c’est un peu comme les temples Mayas du Mexique. Les premiers t’enthousiasment à fond, mais il ne faut pas trop en abuser…

Les enfants sont heureux de se retrouver et vivent tous la vie en extérieur comme leur propre foyer. Partant à la quête de bois pour le feu, ils sont fiers de revenir les bras pleins de bûches offerts par les américains du coin. Le feu s’est leur passion à tous ! Et après avoir défié ensemble les crotales, les requins baleines, les poissons fraichement péchés mais mortels, ce coup-ci sera un scorpion qu’il nous faudra chasser du camp.

Pour bien explorer le parc, nous commençons par le sentier de Devils Garden et Primitive Trail. 3h de chasse au trésor pour trouver entre autres, Landscap Arch et Double O Arch. Sans s’y attendre un gros orage va s’abattre sur nos têtes, les arches deviennent notre refuge ! Peu balisé et rendu glissant par la pluie, le retour sera folklorique ! C’est franchement la plus belle sortie du parc. Au lendemain, nous irons sur le Delicate Arch, l’emblème du parc. La chaleur est assommante, mais le coup d’oeil vaut les km de marche !

Avant de se quitter, les enfants valident fièrement leur nouveau badge “Junior Ranger” avant de se souhaiter à la prochaine, certainement au Canada ! Quant à nous, l’appel de la montagne devient trop fort, nous filons sur Salt Lake City après un crochet par la vue plongeante de Island in the Sky sur Canyonlands National Park (et de 8!).

Plus au nord, vers Salt Lake City

Le changement est clairement au rendez-vous et synonyme pour nous de ménage de printemps ! La sortie du désert et le retour à des terres moins hostiles, nous poussent avec un énorme plaisir à une cure de beauté, même le van y a droit. Shampoing à la bouteille d’eau et coupe de cheveux faite maison pour toute la famille, ça aussi ça rafraîchit ! Le van est entièrement vidé pour être dépouillé de toute la poussière qu’il a avalé pendant ces dernières semaines. Derrière cette couche, il n’apparaît finalement pas si esquinté !

Le soleil à une chaleur toute printanière, nul besoin de chercher un coin d’ombre, il réchauffe juste la peau comme il faut. Le petit lac aménagé de Spanish Oaks à Provo au sud de Salt Lake city est une 1ère étape au pied des montagnes. Fini les zones touristiques, nous renouons avec la vie locale, et ça fait du bien ! Pour être encore plus dans la culture américaine, nous testons le ciné-drive à Redwood Drive-in Theater depuis Salt Lake City en allant voir Han Solo. L’ambiance est comme nous l’avions imaginée, des dizaines de pick-up alignés face à l’écran géant, la benne transformée en lit, familles et amis lovés sous les couvertures, soda et pop-corn à la main. Le son passe par la fréquence radio et les enceintes portables de nos voisins accentuent encore plus le volume. C’est vraiment excellent ! Une fois installés, nous pouvons rester pour le même tarif regarder le second film. La soirée se terminera à 2h30 du matin…

Après une courte nuit sans charme, nous partons explorer Antelope Island pour tenter une baignade dans le lac salé. Et c’est approuvé ! A 13% de salinité la flottaison est parfaite, impossible de se couler ! Nous visiterons les patrimoines historiques de l’île et ferons face à nos premiers troupeaux de bisons.

Le Lake Bear sera notre dernière étape en Utah. Avec ses airs de lac du Bourget, il nous scotche au bord de l’eau. On s’y installe quelques jours pour vivre au rythme du soleil. Depuis quelques mois, chacun à sa tâche : Clémentine à la préparation du repas et Valentine au feu. Soit elle trouve du bois en forêt soit elle arrive à se le faire offrir, à chaque fois c’est une petite fierté! Le beau temps nous suit, nous partons maintenant à l’assaut de Grand Téton et Yellowstone dans le Wyoming (le blog est à jour !!!!).

Written by Cécile